Hebergeur d'image

 

 

 

 

 

SUMMER TRILOGY

 

Special mix III

Hebergeur d'image 

 

 

Thanks & respect to

E.P.L. (Femme Machine Remix) - Terre Thaemlitz & Drum Computer - Instinct Ambiant

Scanner / Robin Raimbeau

Land of the Lighthouses - Areyalux - SC

Machine Room 1 - Machinefabriek & Sanja Harris - Kesh

"end"end" - Opcion - Mego

Cairo

Box Caisson - Yves de Mey - Opal Tapes

Risset's Glitch - Samuli Kemppi - Chronicle

Empty Set - Recur - Raster Norton

Unfocused - Massimiliano Pagliari - Live at Robert Johnson

Ambient Drama - Giorgio Gigli & Obtane - Prosthetic Pressings

Zyglote - Dopplereffekt - Leisure System

Wet Silk Will - Rrose - Stroboscopic Artefacts

Numb - Andy Stott - Modern Love

Break Through - Marcel Fengler - Ostgut Ton

Alem Maya 1 - Abdulla Rashim - Abdulla Rashim Records

Throb - Marcel Dettmann - Ostgut Ton

Loss (remix) - Regis & Ike Yard - Modulor

Triangulum Australe - Omar S - FXHE

Mirrored Palms - Helm - PAN

Plutocracy - Miles - Modern Love

Orchite Carré - Wehwalt & Fille du Calvaire

Enter the Vortex - Petar Dundov - Music Man

Sparkles - Adam Michalak - Silent Season

The Four Times - Basic House - Opal Tapes

 

 

--- --- ---

 

 

Special mix II

 

Hebergeur d'image

 

 

 

Thanks & respect to

Maison en vitre - Marcen Jules Trio - Oktaf

Nuages - Django Reinhardt & Stéphane Grappelli

Pulmo I - John Butcher, Thomas Lehn & John Tilbury - Fataka

New house - Disappears - Sleeperhold Publications

Invisible planets - Cristian Vogel - Subrosa

Outro - Egyptian Hip-Hop - R&S Records

The ballad of Hollis Brown - David Lynch - Sacred Bones Records

Plate subduction - Tom Dicicco - Run Out Run

Quand le blues s'en ira - Henri Texier - JMS

Latitudes - Lotide - Astro:Dynamics

Interlude - DVA Damas - Downwards America

Endless tides of weathered soda - Lightning Gloves - KlangundKrach

Docks - Der Dritte Raum - Blackest Ever Black

Siren shallows - Iasos - Numero Group

He came from the border - Gunnar Haslam - LIES

King Kong II - Clinic - Domino

Gone feral (synthtool) - James Holden - Border Community

The wall - Anna Calvi - Ninja Tune

Interlude (Superpitcher remix) - Ada - Areal Records

Dark star - Neville Watson - Teng

Lamusetwa (Matias Aguayo remix) - Michael Mayer - Kompakt

The great hidden sea of the unconscious - The Caretaker - History Always Favours The Winners

Jamais je ne t'ai dit que je t'aimerais toujours - Anna Karina - Barclay

Krimson - Warpaint - Rough Trade

Frozen - Tindersticks - City Slang

Stadium rock - Karriem Riggins - Stones Throw Records

Purple Hay - Trance Farmers - Leaving Records

Shadazz - The Horrors - Black First Petite

Mental means alone - ECSTATIC - Ecstatic Recordings

Circus minor - Terrapin - Kompakt

Broken - Cocorosie - PIAS

Try to make yourself a work of art - Julia Holter - Night School Records

He hit me - Anika - Stones Throw Records

Long time ago - 2muchachos - Parallax Records

The sky at night - Darwin Raymond

Cherry bud - Stimming - Diynamic Records

 

 

--- --- ---

 

 

Special mix I

 

Hebergeur d'image

 

 

Thanks & respect to

Tristan Chord Study - ATOM tm & Jacek Sienkiewicz - Recognition

Jimi Tenor - Tuomio - Sähkö

Rayos

Apollo

Cocoa - Fairmont (?)

Conrad - Alfano - on Soundcloud

Elsie - Moin - Blackest Ever Black

Break O Dawn (Madteo A Cracker Dawn Fascion House Mix) - Tomas More - Get The Curse

The Piedmont Elegy - Gil Mellé - Intrada

1 1011-11-SSL - Grischa Lichtenberger - Raster Norton

Miste - The Haxan Cloak - Tri Angle

Hidden Spectator - Clockwork - Life and Death

Doze (Günther Lause Rework) - Phew - Grönland Records

The Legend of Kaspar Hauser - Vitalic - Different

Petits Peuples - John Cravache

Retrouvailles - John Beltran - Delsin

Rats - Alex Smoke - Convex Industries

Gradien Intro - Function - Ostgut Ton

Responsability - LX One & Youngsta - Tempa

Second Narrows (Fieldhead version) - Loscil

Ambianopolis - Anton Kubikov - Kompakt

Summer Solstice - George Issakidis - Kill The DJ

Endless Falls - Loscil

First Color - Adam Michalak - Test Tube

Nuage III - Sylvain Chauveau - Type

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

 Piano / Video Phase - Steve Reich / David Cossin

 

 

 

(+)

Come out / Steve Reich

 

 

------------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

----------------------------------------------------------------

 

 

 

Machine Gun - Portishead

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

---------------------------------------------------------------

 

 

Me and the Devil - Gil Scott-Heron

 

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------

 

 

MIX - Ride # 1

 

[one of the last shows live recorded on HHR - 2012]

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

T’AS PAS UNE BRIQUE?... QUE JE LA CASSE!

 

En attendant le matin du grand soir, et surtout le grand soir, rigolons un peu - quoique - en nous délocalisant à l'époque où les idées étaient encore plus fortes que le "bon sens" et le non moins détestable "principe de réalité" (certes aussi nocifs que le furent les premières...).

 

Extrait de Can dialectics break bricks? - René Viénet - 1973

 

Vous trouverez l'intégralité de cet acte de subversion situationniste par le détournement (du film Crush de Kuang-chi Tu) commis par Monsieur Viénet en 1973 - soit bien avant la série MACI dont j'ai toujours grand plaisir à me raviver le souvenir par le visionnage de quelque épisode - , via UbuWeb, excellent site créé dans les 90s et que son éditeur Kenneth Goldsmith qualifiait dans un récent manifeste de "Robin Hood of the avant-garde".

 

Sur ce, et en guise d'échauffement, méditons là-dessus :

 

"L'ennui est la réalité commune du surréalisme vieilli,

des jeunes gens furieux et peu renseignés,

et de cette rébellion des adolescents confortables

qui est sans perspectives mais bien éloignée d'être sans cause."

 

"Le bruit et la fureur", in Internationale situationniste, numéro 1, juin 1958


 

--------------------------------------------------------------

 

 

Ah Pook is here - William S. Burroughs

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

Hebergeur d'image

 

 

MIX - DC ouverture

 

[opening set for Downtown Colors party - Lyon / 2012]

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

 Hebergeur d'image

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

Epizootics! - Scott Walker

 

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

-----------------------------------------------------------

 

 

Crazy clown time - David Lynch

 

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

MIX - Tribulations # 7

 

[live recorded on HHR - 2011]

 

 Hebergeur d'image

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Rhythm Variations 5 - AOKI Takamasa

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Hébergement photos

 

DOPPLEREFFEKT : PASSEURS MASQUES

 

L'endroit exhume des souvenirs du Bikini toulousain canal historique et sa mezzanine où il m'arrivait de me percher dans une autre vie. Ce jeudi 23/2/12 je ne connaîtrai du Transbo(rdeur) que son accueillant bar; comptoir et dancefloor en contrebas, soundsystem correctement modulé, avec ce qu'il faut de fréquences pour goûter au spectre sonore et frémir du coffre sans plisser les yeux. Il est 21 heures 30 et The Hacker, toujours aussi taciturne, soigne son before genre black seveso; son chandail UR me rappelle une interview dans laquelle le bougre m'avait fait sourire à expliquer qu'il avait dû s'efforcer de parfaire sa garde-robe scénique quand Mademoiselle Kittin s'était mise aux gracieuses tenues qu'on lui connait. La sauce commence à prendre avec un bon vieux Trans Europe Express qui claque: le public, proche de son pic d'affluence, deux cent personnes à la louche, frise à ce moment-là aussi le comble de son agitation. Sur les pas des plus freaks, souvent les plus cools, on entame la célèbre chorégraphie électronique : un pasito à droite, otro à gauche. Je pense au Club Watt où le jus est fourni par l'énergie des danseurs sur la piste ; à cet instant, il ferait ici presque aussi noir que sur celle du Plastic People de Londres. De plus en plus attentif à sa montre derrière les platines cd, Michel A. me huile le coude au bar, où je note l'amabilité du staff et opte pour un sandwich parce qu'il est moins cher que la bière. En plus de la bière. Apparemment, seule l'exceptionnelle venue de Dopplereffekt à Lyon - merci Zone Records et Ed'n Legs - a rameuté les gens. Vive les vacances, pendant les vacances, donc. Je ne serai pas encore cette fois-ci le doyen de la soirée. Hipsters, no-looks, quasi travellers... l'éventail n'est pas exhaustif mais le tout forme un public divers où je ne me sens pas mal, couvant sous la casquette quelques décharges psychotropes et autres montées de parano. 22 heures, que se passe-t-il en coulisses ? Devine-t-on que j'y suis allé fort sur le smoothy aux fruits rouges dans l'après-midi ? Je crains de me liquéfier...

 

Hebergeur d'image

 

Mais Dopplereffekt arrive, ou plutôt arrivent on stage. Tout de noir vêtus, jazz style, ils ont le visage caché par un masque aussi sobre que le reste de la scénographie : deux synthés face à face, un écran sur le côté, six spots bleus, point barre. Je suis client. Difficile de savoir si les membres du groupe formé à Detroit en 95 et aujourd'hui installé en Allemagne, à géométrie réputée variable et dont l'identité exacte des participants est entourée de mystère, ont été inscrits étant petits à des cours de percus africaines ou s'ils se sont fait ch... s'ils sont passés par le Conservatoire de Motor City. Etoile de la galaxie des AUX88, Cybotron, UR, etc., Dopplereffekt cultive la rareté de ses apparitions publiques. En prudence, on peut raisonnablement avancer que le duo qui se produit à Lyon ce soir est composé de Gerald Donald (aka Rudolf Klorzeiger, Arpanet, Der Zyklus, Japanese Telecom, Dr Finn & Dr Otto Henke, et moitié des mythiques Drexciya avec feu James Stinson) et de Michaela To Nhan (Le Thi / Berthel / la Barbare ?...)*.

So, magnéto Gé ! Attention, musique à tension : grosse ligne de basses & beats d'entrée de jeu qui, sur le coup, me fait l'effekt d'un diapason planté sur le tympan**. Une fois le premier palier atteint, j'essaie de comprendre la technique et, en bon (House)Husband(Radio), la répartition des tâches aussi. Un clavier KORG Triton (Le) chacun et un ordinateur en fond de scène, niveau matos. Très schématiquement, lui semble se charger de ce qui fait la structure des morceaux, peut-être jouer sur les effets mais je ne saurais le garantir ; elle, on comprend mieux: elle s'occupe de satelliser de mélodiques riffs entre de longs moments d'immobilité - on l'imagine (moins) chevaucher sa machine en agente provocatrice. Peut-être est-elle sous hypnose, focalisée sur la main gauche de son vis-à-vis, aux mouvements si particuliers : Gerald Donald, c'est un peu le Joe Cocker de l'electro. Pardon. Ou bien bloque-t-elle sur les images - vu le minimalisme de la mise en scène, on en déduit l'importance pour les artistes - projetées sur l'écran situé derrière son acolyte. Sauf data error de ma part, pas de console de commande opérée en direct à cet effet pendant le concert, mais de la calculette, des oscillos et des centrales en veux-tu en voilà. De longues séquences se répètent à intervalles réguliers, dont celles des plans d'un accélérateur de particules, si je ne m'abuse. A force, j'en arrive à me demander comment la chape de béton a été coulée autour du générateur ; en tous cas, les ingénieurs iraniens sauront où me trouver.

Hors sujet. Reset.

 

Hebergeur d'image

 

Esthétique sonore robotique, acide et mélancolique, tellement urbaine. Composants contemporains, touches de science-fiction et particules retros. L'alchimie simplement sophistiquée et sans compromis produit une atmosphère saisissante. L'héritage des Kraftwerk est évident chez ces icônes de l'electro / techno du Michigan, mais on le dépasse assez largement. Je crois que l'assemblage de gimmicks relativement élémentaires s'ouvre à d'autres éclectiques influences que je n'ai pas le talent de cerner explicitement. Une chose est sûre : Dopplereffekt ne touche pas au lo-fi et encore moins à l'instru que prétend autoriser la technique moderne, et c'est bien ce qu'ils ont de plus underground. On peut se sentir démuni face à l'austérité (pondérée par un certain penchant fétichiste), voire dérangé si l'on préfère les prises bien évidentes aux déclinaisons redondantes. Loin de ça, je n'ai peut-être pas les codes nécessaires à l'appréhension de toute la richesse du son, mais je suis perméable, me laisse séduire et, par moments, effleure l'orbite... même si je ne suis pas sûr de capter toute la variation apparente de la fréquence d'une onde émise par une source en mouvement par rapport à un observateur, cet effet étudié au milieu du 19ème par Christian Doppler dans "Über das farbige Licht der Doppelsterne und einige andere Gestirne des Himmels" ("Sur la lumière colorée des étoiles doubles et de quelques autres astres du ciel", c'est beau). Si les soirées électroniques ont le charme d'être à la fois autistiques et conviviales, celle-ci engage résolument à l'écoute introspective, connectant sans doute quelques esprits, faute, en apparence, de réunir les coeurs - je ne regrette pas d'être venu seul. Sur ce plan, le concert illustre un des intérêts des musiques répétitives à mon sens : elles exfiltrent ceux qui supportent le vertige de leur sphère de représentations habituelles, pour mieux sonder ces dernières à la descente.

Et en effet, je m'interroge.

 

Hébergement photos

 

Enchaînant les morceaux sans autre forme de transition qu'une paire de secondes silencieuses, le tandem s'éclipse au beau milieu du dernier track programmé pour stopper trois minutes après. On en reste un peu coi(-tus interruptus) et, pour passer ma frustration, je fantasme sur ce qu'a pu être le concert le plus chaud de Dopplereffekt, devant une assistance nombreuse et sur la bonne longueur d'onde - sans déprécier la réception locale. Variables de l'équation : technique, public, ... ? La prestation peut-elle aussi dépendre des émotions spontanées des artistes ? Ceux-ci, bien entendu, droits dans leur facelessness, ne sont - pudiquement ? - pas revenus nous accorder de bis. L'anonymat est un rempart contre la corruption du message. Le micro serait une épouvantable verrue sur le show, et un dernier salut au public relèverait de l'inutile épanchement émotionnel. Non, le média, c'est la musique et les vidéos, censées imager ce que le projet a de plus personnel, et adressées au public - seul le fait que Gerald D. tourne le dos à l'écran permet de le penser. "When you buy a record or cd, it's very impersonal. So when we do performances, that's trying to bring the ideas we convey directly to you"***. D'accord, le live est là pour partager la création artistique dont des sources et technologies auxquelles nous n'avons pas tous accès sont les vecteurs; l'expérience ne tolère aucun écart pour que l'énigmatique artisanat soit homogène: les mêmes effets doivent entraîner les mêmes causes. Il faut donc contrôler d'autant plus de paramètres que sont complexes les théories scientifiques qu'il s'agit de traduire en composition musicale avec l'exactitude des abscisses bien coordonnées. Question is : contrôler jusqu'où?

Je me demande si l'imminente découverte du fameux boson de Higgs - véritable Graal pour les chercheurs en genèse de l'univers - aura un impact sur Dopplereffekt, clairement marqué par la science et les pionniers que sont les savants. Je comprends l'attrait pour les machines en tant qu'interfaces entre les idées et la créature, l'objet musical. Plus sceptique toutefois face à l'usage des avancées techniques et amateur des imperfections organiques que ne semblent l'être les membres du projet, j'affectionne moins le côté clinique de leur musique. Au-delà de ça, je ne crois guère en la technologie comme instrument d'opposition au Fascist State, du nom du premier EP sorti chez Dataphysix Engineering. Peut-être à tort, quelque chose m'inquiète même dans cette quête exclusive, quasi disciplinaire de pureté, de perfection. Surtout quand je repense à l'idée d'une "eternal truth" évoquée dans l'interview précédemment citée; ou encore au pseudo Heinrich Müller que porte aussi Gerald Donald: stupéfiante coincidence, si j'ose dire vu leur aversion déclarée pour les drogues, dont j'avoue finir par douter du second degré.

Toujours la même histoire de sensibilité et de connaissances. J'aimerais en savoir davantage sur le modèle de société auquel adhèrent les gens de Dopplereffekt. Quoique. Déjà satisfait du bon moment passé, j'échange avec The Hacker un dernier regard glacial - en tout cil comparable à celui dont m'avait gratifié ce bon Michel devant un stand de chiens chauds à la sortie d'une nuit sonore en 2010 - qui regarde la télé en même temps qu'il reprend les platines. Je m'assieds sur l'euro de caution et repars avec un gobelet Transbo, non sans les petits frissons du dérisoire pécheur ; il a depuis rejoint celui du Downtown Majestics - magnifique ancien cinéma porno de Bogota, travesti en salle de concert - et se porte à merveille. Merci.

 

* Sûrement eux

** Bien différent de l'intro de cet autre récent live

*** Deux interviews : et

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

Iyo and Vega - Voices From The Lake

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

Big Bang Big Boom - Blu

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

Back to the start - A Certain Ratio

 

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

MIX - Tribulations # 19

 

[live recorded on HHR - 2011]

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

Pump Up The Volume - documentary

 

In the beginning there was Jack ... and Jack had a groove
And from this groove came the grooves of all grooves.
And while one day viciously throwing down on his box,
Jack boldly declared "Let There Be House" and House music was born.
"I am you see, I am the creator and this is my house
And in my house there is only House Music.
But I am not so selfish because once you enter my house
it then becomes our house and our House Music.
And, you see, no one man owns house
because House Music is a universal language spoken and understood by all.
You see, House is a feeling that no one can understand
really unless you're deep into the vibe of House.
House is an uncontrollable desire to Jack your body.
And as I told you before this is our House and our House Music.
And every House you understand there is a keeper.
And in this house the keeper is Jack.
Now some of you might wonder who is Jack and what is it that Jack does.
Jack is the one who gives you the power to Jack your body!
Jack is the one who gives you the power to do the snake!
Jack is the one who gives you the key to the wiggly worm!
Jack is the one who learns you how to whop your body!
Jack is the one that can bring nations and nations of all Jackers together under one house!
You may be black, you may be white, you may be Jew or Gentile.
It don't make a difference in our house. And this is fresh!

Chuck Roberts - Chicago - 1987

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

System Fail - Kinder Aus Asbest

 

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

EDIT : Unit - Logic System

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

Secret desire - I-f

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

EDIT : Captain coke - Future World Orchestra

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

 The Outness Queens - Stefan Goldmann

 

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

You need the drugs - Westbam feat. Richard Butler

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

BOWDEN, Mark : Killing Pablo. The Hunt for the World's Greatest Outlaw, Penguin

DUFRESNE, David : Tarnac. Magasin Général, Calman Levy

GRILLO, Ioan : El Narco. Inside Mexico's criminal insurgency, Bloomsbury Press

LEMOINE, Maurice : Sur les eaux noires du fleuve, Don Quichotte

LITTELL, Robert : The Company. A Novel of the CIA, Penguin

PEREZ REVERTE, Arturo : La reina del Sur, ALfaguara

SAVIANO, Roberto : Gomorra. Viaggio nell'impero economico e nel sogno di dominio della camorra, Mondadori

VULLIAMY, Ed : Amexica. War along the borderline, Vintage

WINSLOW, Don : The power of the dog, Alfred A. Knopf

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

MIX - Tribulations # 26

 

[live recorded on HHR - 2012]

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

----------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------

 

 

EDIT : Blinded my mother goose (ISE8)

 

 Hebergeur d'image

 

... you can call me Mr C.C...

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

Le cinéma - Claude Nougaro

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

---------------------------------------------------------------

 

 

 

Hébergement photos

 

ROCK CHAPINO

 

Saviez-vous que la scène rock guatémaltèque fut l'une des plus actives

del otro lado del charco*?

 

 

Je ne sais pas ce que cela vous fait mais, perso, la première fois,

ce fut direct la piloérection.

Ouvrant sur le principal festival rock du pays, Garra Chapina**, le documentaire Alternativa. La historia del rock en Guatemala (2011 - Vinizzio Rizzo - Alternativa films / Rizzo Producciones / Jam Producciones - en español) retrace l'histoire du mouvement des sesentas à nos jours à travers celle de plusieurs générations de groupes comme Bohemia Suburbana, Extinción, Viernes Verde, La Tona, Fábulas, Santa Fe, Shemesh, Siglo XX...

 

 

Les rockers chapinos, pourtant peu politisés à l'origine, firent les frais dans les 60-70s du zèle répressif antirojos des gouvernements militaires durant la (chaude) guerre (froide) des classes. Zonzon et torture au programme de tout ce qui était assimilé à de la subversion, et même assassinats, comme celui plus tard de Rony de León, líder des S.O.S. à l'initiative du premier grand concert dans les rues de la capitale en 1970. Ironies de l'histoire ou, si vous préférez, paradoxes non contradictoires: ce mauvais temps pour les cheveux longs et les jupes courtes donna au rock guatémaltèque son caractère underground sur lequel reposèrent longtemps sa légitimité et son attrait alternatifs pour la jeunesse locale, surtout urbaine; et c'est Ríos Montt, l'aussi bref qu'affreux coupeur d'Etat en 1982, qui, en imposant un quota de 10% de música nacional à l'antenne des radios, favorisa la consécration des Alux Nahual comme chefs de (maigre) file du mouvement - certes, l'appartenance des membres du groupe à la alta facilita la tolérance des autorités mais, tout en dosant sagement l'indiscipline de leurs paroles, Álvaro Aguilar et ses compadres ne se privèrent pas de dénoncer l'extrême violence du moment en Amérique centrale, et restent aujourd'hui cités comme des références malgré les compromis stylistiques qui leur furent en ce temps reprochés.

A la fin de la décennie, le metal effraya las mamitas mais compensa la prolifération des discomobiles et permit de préserver de la dance mania les oreilles du plus téméraire public; on sourit d'apprendre à ce propos que la dégaine et les pratiques plus ou moins méphisto de leurs fans, encouragés par el merchendaisin, dépassaient déjà nos tendres metaleros...

 

 

Après les années de gestation du movimiento, l'influence grunge, plus permissive en ce qu'elle semblait libérer les prétendants musicots des contraintes de la virtuosité, contribua à la démocratisation de l'écoute autant que de la pratique du son rock. Et ce fut l'explosion dans les 90s. Certains témoins parlent alors d'une production de qualité inégale mais toujours savoureuse de singularité chapina. Chauvinisme? Peut-être. Les compétents jugeront. Ou pas. Toujours est-il que, dans la foulée, le dynamisme de la scène et des réseaux du rock firent du mouvement l'avant-garde d'une flopée d'autres expressions artistiques. Imaginez l'ambiance à Guatemala city...

Seulement voilà, à force de se développer le rock guaté perdit ce qu'il avait d'alternatif à l'ordre établi et, à ce titre, ne put plus être ignoré - ni donc épargné - par les trois quatre grandes radios qui se partageaient l'essentiel des transistors à l'échelle nationale. Si cela permit aux groupes de faire un peu de tourisme à la faveur des concerts organisés outre-banlieue jusque dans les coins les plus isolés du pays, la croissance exponentielle du mouvement et des intérêts qui s'y greffèrent (médias, lieux, promoteurs...) entraîna, ¿cómo no?, la popificación au point que l'industrie du spectacle finit par imposer de nouveau la marginalité aux artistes jaloux de leur liberté et de leur indépendance. Comme quoi l'histoire et les cycles, c'est du sérieux, comme dirait l'aut' p'tit con.

Beaucoup regrettent à présent la politique du mainstream qui, à l'instar du régime autoritaire d'antan, étoufferait la création; quand ce dernier, bravement épaulé par Washington du temps de la chasse aux cocos, accusait les rockeros d'intriguer en vue de séquestrer la fille de l'ambassadeur d'Haiti pour les faire taire, les principaux canaux de diffusion rechignent maintenant à soutenir Garra Chapina car le festival serait devenu un centre de recrutement pour les maras. Du coup, ceux - les femmes sont rares dans ce documentaire - qui ne bénéficient pas du soutien des partenaires s'exportent... notamment aux Etats-Unis, où les récupère avec joie une partie de leur public des 80-90s. Voilà comment les Bohemia Suburbana se retrouvèrent aux Grammy latinos pour le meilleur album rock 2010 tout en étant censurés par les radios guatémaltèques.

Sur la fin du film, donc, ce qui devait arriver... On a droit à la valse des nostalgiques du temps où les potes s'enfilaient les chelas*** au son des compos jouées lors de concerts plus ou moins improvisés dans les garages ou les patios des uns ou des autres, et à celle des pragmatiques assumant sans complexes les nouveaux critères de l'agitation globalisée. On connaît la chanson et là-dessus, il faut bien le dire, vous n'apprendrez rien au visionnage d'Alternativa.

Il n'empêche que si vous faites abstraction de la détonante voix off, vous ne manquerez pas d'accrocher à ce récit du mouvement rock au Guatemala, assez bien construit et illustré d'archives et de nombreuses entrevistas d'artistes, de producteurs, de journalistes... Vous pourrez non seulement en placer deux ou trois bien sympas lors d'un prochain dîner, mais aussi méditer sur l'évolution des espaces de création sur la crotte Terre, constater que les rockers mayas n'ont rien à envier à Led Zep au plan des toisons arborées, rêver à nouveau de stage diving, frissonner de compassion pour les petites indiennes s'étant fait tirer les tresses en frôlant un pogo de trop près, ou encore comprendre le rapport entre la moustache et Naachtun.

 

¡Órale pues!


 

 

* de l'autre côté de la flaque (atlantique)

** chapín(o/a): guatémaltèque

*** rôteuses

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

---------------------------------------------------------------

 

 

MIX - Tribulations # 27

 

[live recorded on HHR - 2012]

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 Freebase - Crackboy

 

 

 

 

---------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

------------------------------------------------------------

 

 

 

Flashes - Low Jack

 

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

 1970 - Red Axes

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

-----------------------------------------------------------

 

 

The crystal line - Naum Gabo

 

 

 

 

---------------------------------------------------------------

 

 

Hébergement photos

 

DIGGING TOOLS

 

Pour faire vivre son bac à musique, on peut composer la sienne, écouter l’intégralité des sorties distribuées par son magasin préféré, suivre une sélection de labels et d’artistes, se fier aux goûts de ces derniers, à ceux des djs et des camarades, se contenter des tops…

Et parce que la toile a aussi cela de bon qu’elle permet le partage, voici quelques pages où vous trouverez sans doute de quoi mettre en musique quelques bons moments.

Tant qu’il en est encore temps…

 

Hebergeur d'image

 

Je l’écris tout net : au mieux, ce billet à caractère informatif fera office de boussole, comme un modeste coup de pouce à la découverte plus ou moins empirique de sources de plaisir auditif. Pas d'expertise, d'exhaustivité ni d'originalité particulière revendiquée, et des critères de choix arbitraires. Seuls points communs entre les sites figurant sur cet instantané de certaines des plus belles étapes de ma feuille de route : j’en apprécie souvent la sélection, quelle qu’en soit l’étiquette de genre, qui y est tout ou partie librement disponible à l’acquisition et à la jouissance personnelles.

Des pages célèbrent le passé, d’autres contribuent à la (re)connaissance du présent, d’autres encore soulagent d’un clic buy assuré pour autoriser le suivant. Vous en savourerez inégalement le contenu, et constaterez que certains trésors semblent en friche. Pas question de vous influencer davantage par quelque précision sur les liens compilés dans cette tool box qui est déjà une légère atteinte à ce que le diggin’ a de très charmant : la trouvaille parfois vraiment inattendue d’une pépite musicale à son goût.

Bon vent !

 

Hébergement photos

A Few Things From Ivan Smagghe

http://afewthingsfromivansmagghe.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Atavistic Empire

http://atavisticempire.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Beat Electric

http://www.beatelectric.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Bored & Beats

http://boredandbeats.wordpress.com/

 

Hébergement photos

Clumsy And Shy

http://clumsynshy.blogspot.fr/

Hébergement photos

Datassette

http://www.datassette.net/

 

Hébergement photos

Disco Outcasts

http://discooutcasts.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Djs Are Persons

http://djsarepersons.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Fat Berry

http://www.fatberris.com/

 

Hébergement photos

Feel My Bicep

http://www.feelmybicep.com/

 

Hébergement photos

Future Times

http://futuretimes.org/

 

Hébergement photos

Guilty As Pleasure

http://guiltyaspleasure.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Keytars & Violins

http://keytarsandviolins.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

La Decadanse

http://ladecadanse.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Lemusicassette

http://lemusicassette.com/?ud=1

 

Hébergement photos

Lovefingers

http://www.lovefingers.org/

 

Hébergement photos

Mind On The Run

http://mindonrun.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Music Investigation

http://mucicinvestigation.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Musigh

http://musigh.com/

 

Hébergement photos

Mutant Sound

http://mutant-sounds.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

My Life Is Acid

http://www.mylifeisacid.com/

 

Hébergement photos

Palms Out Sounds

http://palmsout.net/

 

Hébergement photos

Robots In Heat

http://www.robotsinheat.com/

 

Hébergement photos

Skegness Chilled

http://skegnesschilled.blogspot.fr/

 

Hébergement photos

Small Time Cuts

http://smalltimecuts.com/

 

Hébergement photos

Soundcloud

http://soundcloud.com/

 

Hébergement photos

Systems Of Romance

http://www.systemsofromance.com/blog/

 

Hébergement photos

The Beat !

http://www.wearethebeat.co.uk/

 

Hébergement photos

The Night And Space

http://thenightandspace.tumblr.com/

 

Hébergement photos

Trace A Line

http://www.tracealine.com/

 

Hébergement photos

Ubu Web

http://www.ubu.com/

 

Hébergement photos

XLR8R

http://www.xlr8r.com/

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

 Hawk Wind - Semya

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

 

--------------------------------------------------------------

 

 

Last Dance - Fairmont

 

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------

 

 

MIX - Tribulations # 5

 

[live recorded on HHR - 2011]

 

Hebergeur d'image

 

 

 

 

 

--------------------------------------------------

 

 

 

Tropic of Cancer - Plant Lilies at my Head

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

Hebergeur d'image